jeudi 9 juin 2011

Belfort





« Mon nom est Alexander Toponce. Je suis né à Belfort, France, le 10 novembre 1839 ».  Ainsi commence l’autobiographie * rocambolesque de ce Belfortain entreprenant qui devint avec Buffalo Bill un héros de la Conquête de l’Ouest. Mais pas le genre cow-boy ténébreux, coco du Colorado, as du couteau et du lasso. Non à part une ou deux bagarres de saloon et quelques démêlés avec des Sioux c’était plutôt un homme des coulisses. Eleveur de chevaux pour la Pony Express, la première poste américaine et fournisseur en gros des équipes affectées à la construction du Cheval de fer et du Fil qui chante. Un des premiers businessmen. Un pionnier du secteur tertiaire.
Il n’y a pas de rue Toponce à Belfort mais le Far West y est présent dès le hall de la splendide  gare Art Déco sous les traits d’un Indien courroucé : la nouvelle affiche des Eurockéennes. Il y a aussi une rue de l’As de Trèfle et une rue de l’As de Carreau qui collent assez bien avec la réputation de flambeur de Toponce. Nous sommes allés de l’une à l’autre. Une agréable promenade à travers la vieille ville sous le regard bienveillant du Lion de Belfort qui a inspiré une confiserie locale : les « crottes de lion » (à vrai dire plutôt de lionceau vu leur taille !). Un cœur de praliné délicatement fourré d’écorce d’orange confite sous une couverture de chocolat noir. Very sweet ! 

" Reminiscences of Alexander Toponce" Kissinger publishing 2007

Aucun commentaire:

Publier un commentaire