mardi 23 août 2011

Muret



Si le Président Vincent Auriol en a été le maire pendant plus de vingt ans, le véritable héros de Muret est Clément Ader, le pionnier de l’aviation . C’est même lui qui aurait inventé le mot « avion »  pour ses premiers engins volants en forme de chauve-souris immortalisés en daguerréotypes par Nadar.  Mais ont-ils réellement volé ? Il semblerait bien que non. Qu’importe, Clément Ader a quand même eu droit dans sa ville natale à une rue, un joli petit parc Art Déco agrémenté de sculptures qui retracent les grands moments de l’aventure aéronautique. Et surtout un immense monument à sa gloire érigé devant la Caisse Primaire d’Assurances Maladie. Une œuvre de Paul Landowski, le sculpteur à qui l’on doit aussi le Christ du Corcovado à Rio de Janeiro. Et comment s’appelle le cinéma de Muret ? On vous le donne en mille : le Jean Mermoz. Ah les traîtres !

Nous avons aussi parcouru la zone industrielle de Muret dans l’espoir de visiter l’usine de feux d’artifices Lacroix-Ruggieri. Mais nous avons trouvé porte close. Vu de l’extérieur, le site des «Enchanteurs du ciel » avec ses portails électroniques, ses caméras de surveillance et ses bâtiments  bas disséminés dans un immense parc ressemble un peu à une base militaire américaine dans les films d’espionnage au temps de la guerre froide.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire